Autres

Réussir son lancement de business en ligne en 5 étapes

Lancer un business en ligne

Ces dernières années, et notamment depuis la pandémie de la COVID-19, se lancer dans une activité sur ou en relation avec le Web a le vent en poupe. La dématérialisation des échanges rend immense le champ des possibles. Mais comment s’assurer de lancer un business en ligne qui fonctionne voire qui déchire ? Nous vous proposons une démarche en 5 points. Identification de la bonne idée, réflexion avant la création d’entreprise, financement de l’activité et de la croissance et surveillance des indicateurs financiers, allez-y étape par étape.

Sommaire :

1 - Découvrir les métiers qui s’exercent sur le Web

2 - Trouver la bonne idée pour lancer un business en ligne

3 - Lancer son business en ligne : réflexion et préparation préalable

4 - Réunir les financements et gérer la croissance du business en ligne

5 - Surveiller les KPIs essentiels à l’activité

1 - Découvrir les métiers qui s’exercent sur le Web

La première étape avant de démarrer un business en ligne consiste bien à s’informer sur l’ensemble des métiers existants autour du Web et des sites internet. Nous proposons de les classer en 4 catégories.

1.1 - Les activités en ligne pour les freelances

Le freelancing se développe ces dernières années avec la souplesse organisationnelle qu’il apporte. Il s’agit de réaliser des prestations de service pour des clients, sous une forme proche du salariat, mais sans cette relation hiérarchique. Le freelance est un TNS, travailleur indépendant non salarié (TNS). Pour démarrer, une micro-entreprise suffit sur le plan fiscal.

Citons quelques activités de freelancing en ligne :

  • création et maintenance de sites web ;
  • graphiste digital ;
  • traducteur en ligne ;
  • développeurs web ;
  • UX designer ;
  • community-manager ;
  • rédacteur web SEO ;
  • consultant SEO ou SEA ;
  • formateur en ligne (e-learning) ;
  • créateur de vidéos YouTube ou de podcasts, etc.   

1.2 - Les business en ligne sous forme de start-up SaaS

D’autres business correspondent à des entreprises de la French Tech, donc des start-ups, entreprises innovantes à la croissance rapide et prometteuse. Ces entreprises développent des services ou produits dématérialisés souvent commercialisés en mode SaaS (Software as a Service). L’utilisateur paie donc un abonnement pour accéder aux prestations proposées, ce qui génère des ARR ou des MRR, donc des revenus récurrents.  

1.3 - Les ventes en ligne de produits

Ces business consistent à proposer la vente et la livraison de produits sur le Web. Ils se répartissent entre deux types d’entreprises, avec ou sans stocks.

a - Les sites e-commerce classiques

Lancer des ventes sur internet exige de disposer de stocks pour pouvoir livrer les clients dans des délais acceptables. Cette activité nécessite du cash et ne correspond pas à un business en ligne gratuit. Elle suppose aussi de proposer des produits différenciants et novateurs. Les plateformes d’articles d’occasion, écoresponsables ou à l’emballage réduit, voilà des secteurs à fort développement.

b - Le dropshipping : les ventes en ligne sans stocks

Pour résumer, la différence entre ce système de vente en ligne et un site e-commerce classique réside dans l’absence de stocks de produits. Le dropshipping constitue avant tout une vitrine d’articles. À chaque achat client, la boutique internet passe commande à son fournisseur. 

1.4 - L’affiliation et le blogging professionnel

Ce business en ligne se classe à part. Le blogueur professionnel monétise son blog. Il rédige sur les thématiques du voyage, du tourisme, partage une passion, fait connaître une formation, etc. Avec le marketing d’affiliation, il met en avant des services et produits sur son site. Il se rémunère par des commissions qui dépendent de la conversion convenue (clic, récupération d’adresse e-mail, vente, etc.).

2 - Trouver la bonne idée pour lancer un business en ligne

Parmi toutes ces idées d’activités en relation avec le Web, comment choisir ? Créer une entreprise dans le monde digital suppose de retenir un métier et une forme d’exercice qui vous correspondent avant tout.

2.1 - Choisir une activité qui vous correspond

L’idée retenue doit convenir parfaitement au créateur d’entreprise. Posez-vous quelques questions précises et interrogez vos proches qui vous connaissent bien :

  • L’idée est-elle en phase avec vos compétences actuelles ? Quelle formation complémentaire s’impose ?
  • Quel niveau de contact avec les clients recherchez-vous ?
  • Envisagez-vous de travailler seul de chez vous toute la semaine ?
  • Quelle est votre appétence pour l’écrit, l’audio ou la vidéo ?
  • De quels soft skills disposez-vous sur le plan de l’entrepreneuriat ?

2.2 - Se faire accompagner dans la démarche au-delà des idées

Réaliser un bilan de compétences si vous êtes salarié en CDI semble prudent avant de franchir le pas. Il peut révéler des idées nouvelles comme des contre-indications insoupçonnées. Le recours à un coach constitue aussi une bonne solution pour ceux qui souhaitent avancer avec un cadre. Enfin, ne négligez pas les formations professionnelles, notamment en utilisant votre CPF, afin de mieux asseoir votre expertise.

2.3 - Une activité professionnelle en ligne doit être rentable

Le business en ligne envisagé constitue une bonne idée uniquement s’il permet d’en vivre. L’analyse de la rentabilité future doit donc s’effectuer avant de se lancer. Bien sûr, la courbe d’apprentissage implique que la performance financière ne s’atteint pas immédiatement. Toutefois, au-delà du démarrage, la marche de l’entreprise doit dégager suffisamment d’argent.

3 - Lancer son business en ligne : réflexion et préparation préalable

Une fois identifiée la bonne idée qui vous convient, prenez le temps d’analyser et de construire votre projet de business en ligne.

3.1 - La précipitation se paie, même pour un lancement sans argent

Démarrer une activité sur le Web semble simple de prime abord. Toutefois, les statistiques sont têtues. Bon nombre d’entreprises ne décollent jamais voire échouent par manque de préparation ou de travail

Voici quelques questions auxquelles vous devez trouver des réponses avant de lancer votre business en ligne :

  • Comment attirer du trafic sur un site ? 
  • Comment payer les achats pour constituer un stock de produits ? 
  • Comment financer la mise au point d’un SaaS sans percevoir de revenus pendant des mois ? 

3.2 - Analyser combien coûte la création d’un business sur le Web

Selon le métier visé, il convient de chiffrer les charges du déploiement et de fonctionnement de cette nouvelle activité numérique. Même si elle n’exige pas d’investissement matériel conséquent, n’omettez pas d’estimer les dépenses suivantes :

  • coût de la création du site web ;
  • coût estimé de la mise au point d’un service pour les SaaS ;
  • temps nécessaire avant de vivre des revenus de l’activité ;
  • liste des charges de fonctionnement comme les abonnements SaaS, connexion internet, téléphonie, assurances, impôts et taxes, etc. ;
  • budget marketing et commercial pour développer les ventes. 

3.3 - Établir un plan d’action voire un business plan

Selon la complexité du projet d’entreprise et les besoins financiers induits, le business plan peut s’imposer. Une start-up du secteur internet ne peut rechercher des investisseurs sans cette étape préparatoire. 

Nous recommandons aussi aux jeunes entrepreneurs qui se lancent en freelance sur le Web de bâtir un projet financier minimum. Ils y estiment les charges et revenus à couvrir sur les deux premières années. Le démarrage d’un business de ce type consiste à trouver des clients. Pour autant, en attendant les premières ventes, l’entrepreneur sans revenu doit vivre

Enfin, pour un SaaS comme pour un site e-commerce, penser à l’étape de croissance avant la création de la société semble prudent. Ce serait dommage de caler par manque de trésorerie.

3.4 - Constituer l’équipe pour le lancement sur le Web

À cette étape, il convient d’estimer aussi les ressources humaines pour lancer le projet au minimum. Les start-ups, même si elles fonctionnent généralement sur un mode agile, sont particulièrement exposées sur ce plan. Entreprises à la croissance rapide, elles présentent souvent un retard dans le développement des équipes comparativement aux besoins.

4 -  Réunir les financements et gérer la croissance du business en ligne

L’argent demeure le nerf de la guerre. Quand le cash vient à manquer, c’est toute l’activité en ligne qui est compromise. Prenez soin de toujours rechercher la trésorerie nécessaire, tant au démarrage de l’entreprise que pour les étapes de développement du business. 

4.1 - Les financements d’une activité en ligne

La recherche d’investisseurs ou de crédits bancaires suppose de bien déterminer les besoins d’argent à chaque étape du projet. Distinguons deux étapes, la création ou l’amorçage, puis la croissance du business.

a - Le plan de financement pour créer l’activité

Selon le domaine choisi pour la création d’un business en ligne, l’évaluation du besoin de financement s’avère plus ou moins complexe. Le plus simple consiste à établir un plan de financement sous forme de tableau à deux colonnes. L’une correspond aux emplois, soit les investissements en matériel ou en R&D ainsi que le besoin en fonds de roulement initial. L’autre colonne présente les ressources, soit vos propres capitaux de démarrage ainsi que les financements externes à rechercher (prêts, levées de fonds, aides à la création d’entreprise).

b - Les moyens de financer la croissance : y penser en amont

Même si le développement des ventes vous semble loin, réfléchissez rapidement à la manière de procéder. La trésorerie initiale ne suffit pas si une boutique en ligne veut augmenter les produits proposés ou réaliser une opération marketing saisonnière. Quant à une start-up SaaS, son budget publicitaire exige du cash pour franchir un palier de ventes

Dans tous ces cas, notez qu’il existe des solutions de financement alternatives aux levées de fonds et aux banques. Par exemple, le revenue-based financing constitue une solution non dilutive du capital et sans garantie personnelle à fournir. Unlimitd offre ce type de crédit court-terme, idéal pour accélérer la croissance du business.

4.2 - Se donner les moyens de croître : actions marketing et commerciales

Le développement des ventes en ligne suppose une stratégie numérique bien précise. L’internaute trouve rarement vos produits tout seul. Vous devez le conduire sur le site web. Cette démarche de marketing digital exige de l’argent.   

 

a - Croissance par l’inbound marketing

La première solution consiste à attirer le client vers le site internet. Diverses actions s’envisagent :

  • création d’un site web avec l’à-propos qui explique le « why », les pages fixes de produits ou services et éventuellement un blog ainsi qu’une foire aux questions ;
  • relais des publications sur les réseaux sociaux ;
  • newsletters et leads magnets comme des e-books ;
  • stratégie de contenu pour optimiser le SEO (référencement naturel sur Google) ;
  • dépenses en SEA (publicité en ligne) soit les campagnes du type Google Ads ou Facebook Ads.

b - Croissance par l’outbound marketing

À côté de cette stratégie, le développement des ventes passe également par les équipes commerciales chargées de démarcher les clients. Dans certains domaines du BtoB, les commerciaux gèrent par exemple des portefeuilles de grands comptes. L’outbound marketing complète aussi la stratégie d’inbound auprès de prospects BtoB comme BtoC, intéressés, mais qui ne convertissent pas sur le site web ou la boutique en ligne. 

Cette politique commerciale exige aussi des financements pour embaucher et étoffer l’équipe, en amont du développement de l’activité. Là aussi, le revenue-based financing (RBF) cosntitue une solution simple et rapide pour les start-ups à revenus récurrents.

5 - Surveiller les KPIs essentiels à l’activité

Enfin, lancer un business en ligne demande de la rigueur dans la surveillance des finances, un peu comme le lait sur le feu. Les jeunes pousses de la French Tech ont besoin de cash pour se développer qu’il s’agisse d’une boutique en ligne ou d’une plateforme SaaS. Si l’un des indicateurs clés s’appelle le « Cash Burn », ce n’est pas pour rien !

5.1 - Les indicateurs clés d’un business en ligne : exemple du SaaS

Une entreprise SaaS surveille particulièrement :

  • son chiffre d’affaires avec le MRR (ventes d’abonnements mensuels), l’ARR (ventes annuelles) ainsi que l’ARC (revenu moyen par client) sans oublier le taux de churn (taux d’attrition client) ;
  • ses dépenses au travers du CAC (coût d’acquisition moyen d’un client) ainsi que le CAC Payback Period (nombre de mois d’abonnement nécessaires pour couvrir le CAC) ;
  • sa trésorerie avec le Net Burn Rate, soit le nombre de mois que l’argent disponible permet de financer, ventes prévisionnelles incluses ;
  • sa performance économique grâce à l’EBITDA, mais aussi le seuil de rentabilité ou la LTV/CAC qui mesure le revenu total espéré par client rapporté au coût d’acquisition.

5.2 - Avantages d’un bon suivi de gestion pour une activité web

Cette dernière étape pour lancer un business en ligne doit se mettre en œuvre dès le lancement de l’activité. Plus tard, les fondateurs risquent de manquer de temps pour l’organiser alors que les atouts s’avèrent pourtant nombreux. 

a - Suivre ses KPIs pour éviter de brûler tout son cash

Vous percevez bien l’importance de surveiller la consommation de la trésorerie. En absence de cash, c’est souvent le signe d’un coup d’arrêt définitif pour un business en ligne. Ces indicateurs permettent en outre de s’assurer que l’argent finance bien des actions marketing ou commerciales efficaces. Dans le cas contraire, réaffectez les dépenses.

b - Surveiller les besoins de trésorerie pour financer la croissance

Pour la même raison, en anticipant les difficultés et les besoins de trésorerie, le créateur d’un business en ligne peut réagir efficacement. Il recherche alors sereinement les financements complémentaires pour passer les pics.

c - S’assurer que l’activité en ligne reste rentable

Grâce à un reporting synthétique, fiable et périodique, les dirigeants d’une boutique en ligne comme d’un SaaS s’assurent qu’ils atteignent la performance visée. S’il faut rectifier les plans d’abonnements, retravailler les offres ou modifier les prix de vente des produits, ils agissent alors rapidement.

Lancer un business en ligne, ça s’organise !

Quelle que soit l’idée que vous retenez pour vous lancer dans une activité web, nous recommandons de prendre le temps d’y aller étape par étape. Start-ups SaaS ou sites e-commerce notamment sont confrontés à une gestion pointue de la trésorerie. Si vous recherchez des financements pour votre croissance, Unlimitd se tient à vos côtés pour vous accompagner dans un tel projet. N’hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Octobre 02, 2022
Julien Zerbib
Julien Zerbib, CEO Unlimitd
Partager sur
Icon Facebook
Icon Linkedin

Ces articles pourraient vous plaire

credit de tresorerie
Autres

Mai 27, 2022

Crédit de trésorerie : tout savoir sur son fonctionnement

Lorsqu’une entreprise rencontre des difficultés en matière de trésorerie, elle peut tout à fait solliciter une banque pour obtenir un prêt spécifique que l’on appelle crédit de trésorerie

Lire la suite
durée financement stock
E-commerce

Juin 18, 2022

Durée de financement du stock pour des ventes en ligne : théorie et pratique

Créer puis développer son activité e-commerce sans cash est illusoire. Même si les clients paient majoritairement comptant, pour encaisser, l’entreprise doit vendre. Et pour vendre, elle doit disposer de produits. Sur quelle durée de financement du stock partir ?

Lire la suite
levée de fonds
Financement RBF

Septembre 06, 2022

Limites des levées de fonds pour financer une start-up

La levée de fonds constitue-t-elle réellement la panacée pour une start-up ? Même s’il semble avoir le vent en poupe quand on parle de jeunes entreprises innovantes, ce mode de financement comporte toutefois ses limites.

Lire la suite