SaaS

Quasi-fonds propres : un mode de financement pour les SaaS

Les SaaS (Service as a Software) présentent des modalités de fonctionnement spécifiques. Qu’il s’agisse de la phase d’amorçage ou de croissance de l’entreprise, le cash reste souvent le nerf de la guerre. Savez-vous qu’il existe des moyens financiers pour booster vos capitaux propres ? Ce sont les quasi-fonds propres. Faisons le point sur leur définition et la différence avec les fonds propres. Découvrons ensuite les trois catégories de quasi-fonds propres et leurs avantages concrets.

Quels sont les besoins de financement des SaaS ?

Une entreprise qui souhaite exploiter un logiciel en mode SaaS (Service as a Software) recherche de la trésorerie pour financer le démarrage comme le développement de son business.

Les besoins de financement en phase d’amorçage

Ce type d’entreprise commence par développer son logiciel. C’est la phase R & D où l’innovation prime ainsi que les essais et tests itératifs. Sans argent, il est impossible de mettre au point le service que le SaaS se destine à commercialiser ensuite. À cette étape, l’activité ne dégage encore aucun revenu. Au-delà du capital investi à la création de la société par les associés, la recherche de financements complémentaires s’impose rapidement.

Les besoins de cash pour le développement du SaaS

Ça y est ? Votre application informatique est enfin opérationnelle ? La commercialisation en mode SaaS assure des revenus réguliers appelés ARR (Annual Recurring Revenue) ou MRR (Monthly Recurring Revenue). Pour autant, le développement de l’activité exige toujours de trouver des financements pour combler le décalage entre les besoins et les rentrées de cash.

Citons les postes comme la force commerciale, le budget marketing, la communication, la création et le référencement naturel du site Web, etc. toutes ces étapes n’attendent pas les ventes futures d’abonnements. En outre, la banque s’avère souvent frileuse pour octroyer un prêt au début des projets, qui plus est quand l’entreprise ne propose aucune garantie.

Différence entre fonds propres et quasi-fonds propres

La banque ou l’investisseur vous parlent de vos fonds propres. Ils sont également sensibles à l’existence de quasi-fonds propres. Avant de détailler les types de financements qui entrent dans cette seconde catégorie, regardons la définition et la différence de ces deux types de ressources.

Fonds propres : définition comptable

Dans un bilan comptable, les fonds propres au passif comprennent les capitaux propres et les autres fonds propres. Détaillons ces deux postes. Les capitaux propres correspondent aux éléments suivants : 

  • le capital social ;
  • les réserves accumulées au fil des ans ;
  • le résultat du dernier exercice avant distribution ;
  • le report à nouveau débiteur en cas de pertes antérieures non résorbées ;
  • les subventions d’investissement qui restent à amortir ;
  • les provisions réglementées.

Quant au poste « autres fonds propres », il se rencontre dans certaines comptabilités seulement. C’est pourquoi vous entendez souvent parler indifféremment de capitaux propres ou de fonds propres. Voici sa composition :

  • les titres participatifs émis ;
  • les avances conditionnées versées par l’État.

Quasi-fonds propres : définition en analyse financière

Ce terme n’existe pas dans votre comptabilité. Ne cherchez pas dans la balance des comptes, vous ne trouverez pas les quasi-fonds propres ! C’est une notion de financiers. Les analystes comme les investisseurs ou établissements bancaires procèdent à un calcul extra-comptable. Ils reclassent une partie de l’endettement financier à ce niveau intermédiaire appelé « quasi-fonds propres ». Il s’agit d’emprunts ou d’avances qui s’assimilent aux capitaux propres afin de lire la structure bilancielle d’une entreprise.

Quasi-fonds propres : les solutions à disposition des entreprises SaaS

Concrètement, avec les quasi-fonds propres, un SaaS obtient un financement complémentaire à ses fonds propres. Cette solution ne grève pas le taux d’endettement et évite de faire entrer de nouveaux actionnaires dans l’entreprise. Trois types de quasi-fonds propres existent. Voyons leur fonctionnement.

Comptes courants d’associés

C’est la première source de quasi-fonds propres. Les associés ont effectué un apport en compte courant ? Pour l’investisseur qui analyse sa prise de risque dans un SaaS, cette dette moins exigible qu’un emprunt bancaire fait partie des quasi-fonds propres. Avec une convention de blocage, c’est la garantie que ces ressources restent plusieurs années dans l’entreprise.

Les obligations convertibles

La société émet une obligation avec la possibilité pour le souscripteur de la convertir en action ou part sociale sous certaines conditions. Cette faculté de transformer l’obligation en capital est offerte pendant une durée appelée période de conversion. Elle s’effectue selon la parité fixée au contrat d’émission. Cette dette comptable s’appelle en analyse financière, une « dette mezzanine ». Ce sont donc des quasi-fonds propres.

Notez que légalement, l’ordre de remboursement intervient après les dettes bancaires, mais avant les associés. Toutefois, cette solution de financement peut se transformer en capital et constituer alors une dilution de ce dernier.

Les prêts participatifs dont le Revenue-based financing

Créé par la loi du 13 juillet 1978, l’objectif du prêt participatif est de contribuer au financement long terme des entreprises comme les PME. Il ne confère aucun droit sur le capital. Sa rémunération est souvent assortie d’une participation aux bénéfices en plus des intérêts.

Financement dit intermédiaire entre la prise de participation et le prêt à long terme, le prêt participatif permet de renforcer les fonds propres d’un bilan comptable. Ainsi son montant s’exclut du calcul du taux d’endettement. En outre, son remboursement est subordonné à celui des concours et emprunts bancaires. Chez Unlimitd, notre solution de financement RBF (Revenue-based financing) des SaaS entre dans cette catégorie.

Quasi-fonds propres : avantages pour un SaaS

En recourant aux quasi-fonds propres, les entreprises en mode SaaS trouvent des solutions de financement complémentaires pour leurs projets. Ces instruments financiers présentent de nombreux avantages pour la croissance du business. C’est particulièrement le cas des ressources du type participatif comme le RBF.

Des financements non dilutifs pour votre entreprise

L’apport en compte courant d’associé reste une dette. Il ne constitue pas une augmentation du capital détenu par l’actionnaire. Les obligations convertibles tant que l’option de conversion n’est pas actionnée restent aussi des financements non dilutifs du capital.

Quant aux prêts participatifs, c’est l’assurance de ne pas réduire les droits des actionnaires dans leur entreprise. L’organisme qui octroie le crédit n’entre jamais au capital. C’est le cas pour Unlimitd avec son financement RBF basé sur les revenus futurs récurrents comme les abonnements des SaaS.

Les quasi-fonds propres, des dettes financières comptables au remboursement subordonné

En cas de difficulté de trésorerie, le remboursement est subordonné à celui des autres dettes financières au préalable. C’est un plus pour l’entreprise du type SaaS et un risque accru pour l’établissement prêteur. Cette spécificité contribue à classer ces ressources en quasi-fonds propres.

Des solutions de renforcement des capitaux propres avec effet de levier

Enfin, le classement de ce type de financement avec les fonds propres pour l’analyse financière de votre bilan constitue un réel atout. Les établissements de crédit ou sociétés d’investissement y sont sensibles. C’est un effet de levier pour obtenir un prêt traditionnel, car les quasi-fonds propres sont assimilés aux fonds propres. Malgré leur position comptable, ces instruments ne gonflent pas le taux d’endettement de votre entreprise.

Vous recherchez un financement pour vos projets en mode SaaS ? Pensez aussi aux quasi-fonds propres. Chez Unlimitd, nos solutions RBF pour accompagner la croissance de votre activité sont classées en prêts participatifs. Contactez-nous et évaluons ensemble comment répondre à vos besoins d’argent.

Avril 19, 2022
Julien Zerbib
Partager sur
Icon Facebook
Icon Linkedin

Ces articles pourraient vous plaire

SaaS

Avril 19, 2022

Budget de trésorerie pour les SaaS : notre guide pratique

Avec l’avènement du numérique et de la dématérialisation, les logiciels accessibles en ligne sans acheter de licence font partie du paysage économique. Le pilotage de ces activités SaaS basées sur des revenus du type abonnement exige de la rigueur sur le plan financier. Comment développer des prestations de service en mode SaaS avec suffisamment de visibilité sur le cash ? S’il existe un outil essentiel à la gestion, c’est bien le budget de trésorerie pour les SaaS. Regardons quels sont les enjeux et comment présenter son prévisionnel. Analysons ensuite la manière d’équilibrer son budget avec notamment le recours à un financement RBF.

Lire la suite
E-commerce

Mai 10, 2022

Pourquoi Greenmetrics et Unlimitd s’associent ?

Interview de Julien Zerbib, CEO Unlimitd et Nicholas Mouret, CEO Greenmetrics

Lire la suite
SaaS

Avril 19, 2022

Besoin de trésorerie en SaaS : Comment y faire face ?

Le cash c’est le nerf de la guerre dans une entreprise. Pour se développer comme pour pérenniser sa société, le suivi des encaissements et décaissements s’impose. Vous vous demandez comment répondre à un besoin de trésorerie en SaaS ? Voyons d’abord comment calculer vos besoins en financement et pourquoi une bonne gestion de trésorerie constitue un réel atout. Nous vous détaillons ensuite les solutions qui permettent d’y faire face, notamment grâce à un crédit à court terme rapide et non dilutif, le RBF.

Lire la suite